상세검색
최근 검색어 전체 삭제
다국어입력
즐겨찾기0
155163.jpg
KCI등재 학술저널

퐁주의 『비누』

시적 비누의 제작

  • 27

Cet article vise à examiner les aspects esthétiques et sociocritiques du Savon, l’une des nombreuses œuvres qui héritent de l’esprit du Parti pris des choses et également l’une des journaux poétiques contenant les résultats d’une observation approfondie d’un objet. Cette oeuvre, publiée à Gallimard en 1967, n’est plus un « poème fermé » mais un « livre » de 128 pages. Dans Le Savon sont tentés divers genres d’écriture tels que les vers, la prose, le théâtre et la conférence. Le poète puise les qualités particulières du savon pour en faire un objet poétique. Le savon, comparable au galet, a la capacité de créer d’innombrables bulles par friction avec les mains humaines. Le poète souligne que le savon n’est pas un être silencieuse mais un être bavarde. La rhétorique du poème sur cet objet bavarde est forcément une rhétorique qui ressemble au bavardage du savon. Le Savon est un texte de joie créé par le jeu verbal du poète. L’objoie, qui ne veut dire que lui-même, quittera la main de l’auteur et fera le tour de sa propre orbite. Le Savon, caractérisé par une fonction nettoyante, est intéressant du point de vue de la toilette intellectuelle. Cette oeuvre incite à reconnaître l’arrivée d’une nouvelle littérature qui fonctionne sans l’auteur. Elle nous invite à nettoyer les vieilles pensées du christianisme et la philosophie qui ne valorise que le monde transcendantal, et restaurer la valeur des objets sensibles. L’écrivain Fonge a disparu il y a longtemps, mais son objoie du Savon continuera à tourner joyeusement son orbite en attendant les futurs lecteurs.

1. 서론

2. 작품 해제

3. 시적 비누의 제작

4. 결론

로딩중