상세검색
최근 검색어 전체 삭제
다국어입력
즐겨찾기0
159717.jpg
KCI등재 학술저널

프랑스 살롱전시회의 기원과 역사(1667-1799)

Ⅱ. 살롱전시회와 미술비평가들

  • 76

Après la première exposition accueillie par l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIe siècle, le Salon en France a connu de nombreux changements et évolutions. Lorsqu’il a été convenu d’organiser une exposition régulière au Salon carré du Louvre, une fois tous les deux ans, le Salon a commencé à se développer de manière beaucoup plus stable qu’auparavant. Depuis les années 1750, le Salon est reconnu comme très important en tant qu’événement symbolique ou festival représentant la culture et l’art français. Et l’Académie Royale qui accueillait cet événement, a également fait de gros efforts pour développer cette exposition plus systématiquement. Cette étude suivra l’évolution du Salon depuis sa naissance et analysera l’influence sur la culture et l’art français. Des années 1750 aux années 1770, les membres de l’Académie Royale ont présenté de plus en plus d’œuvres d’art de haute qualité, et le public a apprécié ces œuvres exposées, profitant d’avantages culturels qui ne se voient dans aucun autre pays européen. Les raisons de ce succès ? Dans les années 1750, en introduisant un système de sélection des œuvres exceptionnelles par le surintendant des bâtiments du roi, ou en favorisant la concurrence entre les artistes, l’art français a fait d’énormes progrès. Si le développement du Salon des années 1750 reposait sur le pouvoir politique, celui des années 1760 était profondément lié au public. Les comptes rendus d’expositions rédigés par des critiques d’art se sont multipliés, et le public pouvait avoir un excellent œil pour les œuvres d’art en lisant ces articles. Dans les années 1770, un nouvel aspect du développement de l’art s’est produit, comme la disparition des peintures rococo et l’avènement d’œuvres néoclassiques à des fins morales. Mais surtout, le résultat le plus remarquable du développement des Salons au milieu du XVIIIe siècle est probablement le développement du journalisme et la naissance de la critique d’art. Au fur et à mesure que le Salon est devenu populaire, les journaux ont pris la place de la voix du public pour l’art, et le nouveau genre de “critique d’art” par La Font de Saint-Yenne, Diderot et Bachaumont, leur a donné le sens esthétique de pouvoir voir des œuvres avec un jugement froid et précis.

1. 서론

2. 본론

3. 결론

로딩중